Accéder au contenu principal

19 janvier 2012 – Des visages, des figures… Dévisagent, défigurent…

Le lendemain matin, après un petit déjeuner somptueux, nous retournons à l’école pour entamer les préparatifs pour la journée d’inauguration de demain. Des visages, des figures… Dévisagent, défigurent… La curiosité va dans les 2 sens. Les enfants nous regardent, nous touchent, nous touchent du regard. Pour la plupart, c’est la toute première fois qu’ils voient des visages pâles, des muzungus !!! Cette peau si blanche leur semble extraterrestre, mais ils osent s’aventurer en terre inconnue, tout comme nous !

Nous devons préparer à l’avance 650 cartables pour faciliter et optimiser le moment de la distribution. Chaque élève recevra son cartable qui comprendra 2 stylos billes, 1 crayon noir, 1 cahier, 1 boîte de crayons de couleur, 1 sac réutilisable, 1 ballon à gonfler, 1 petit jouet, 1 savon. Les professeur recevront chacun dans leur sac le même contenu que les élèves, avec en plus un set avec un stylo-bille et porte-mine, un surligneur, une gomme, un taille-crayon, une règle, une calculatrice, une lampe torche dynamo et un parapluie. NB: le parapluie est très apprécié dans les pays chauds car utilisé comme pare-soleil !

Nous donnerons à l’école, pour la collectivité, des balles de foot, de basket, de volley, un panier de basket, un filet de volley, des maillots de sport, des cordes à sauter, des raquettes en bois avec balles, 300 livres scolaires en anglais (niveau primaire), 1 carte du monde, de nombreux jeux pour la maternelle (puzzles, poupées, voitures, animaux,…) et des fournitures pour les professeurs.

Les danses et les chants des enfants rythment notre journée. Toutes les occasions sont bonnes pour danser et chanter. C’est, pour le rwandais, un véritable mode d’expression à travers lequel il peut spontanément extérioriser ses émotions. Que du bonheur !

Dans la soirée, nous nous rendons au Centre Scolaire Kanyanza, école primaire que nous avions aidée en 2009. Un accueil exceptionnel ! Des chants rythmés, des danses enivrantes, une pluie de fleurs. Nous allons projeter sur le mur de l’église le film que nous avions tourné en 2009. Pour tous ces enfants, c’est la toute première fois qu’ils vont voir leur image. Ils n’ont ni photo, ni miroir, ni vitre pour voir leur reflet. Même un rétroviseur de voiture semble leur renvoyer une image étrangère. Bouches bées et fous rires garantis !

Vidéos :
Ecole de Ngoma 1
Ecole de Ngoma 2
Ecole de Ngoma 3
Ecole Kanyanza 1
Ecole Kanyanza 2
Ecole Kanyanza 3

Robin Bouton

Dominique Henry

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s